Imprimer ce Page

Tricheries et obstructions

Les tricheries d’EDF et de l’ASN sur les risques du projet, les obstructions à toute demande d’éclaircissements des opposants

 

Le site nucléaire du Bugey est soumis à divers risques internes et externes.

 

1 – Risque d’inondation en cas de rupture du barrage de Vouglans

La carte du document d’information sur les risques majeurs (DIRM) est visiblement falsifiée pour exclure le site nucléaire du Bugey de la zone inondée en cas de rupture du barrage de Vouglans (Jura).

Un appel téléphonique à la Préfecture, qui a réalisé la carte, nous apprend que le document n’est pas accessible au public car EDF le considère comme soumis au secret-défense.

EDF répond à un courrier sur ce point en disant que le site n’est pas inondable, mais refuse de nous donner le rapport de l’étude.

À la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA), qui a été saisie de cette affaire, EDF répond en invoquant à nouveau le secret-défense. La CADA refuse cette explication et exige d’EDF qu’elle fournisse l’étude.

EDF fournit alors une étude de 2001, appuyée sur des simulations faites en 1974 et complètement périmées. Nous apprenons en effet que d’autres simulations ont été faites depuis et qu’une nouvelle simulation est en cours.

Dans le dossier d’enquête publique, pour le deuxième permis de construire d’ICEDA, EDF fournit l’étude de 2001, basée sur les simulations de 1974, qui ne respecte pas le guide de l’ASN publié en 2013 sur la prise en compte des risques d’inondation.

Une demande d’information à l’ASN ne donne aucun résultat. Celle-ci prétend qu’elle ne peut pas nous informer.du fait d’une procédure judiciaire en cours.

 

2 – Risque d’inondation par remontée de nappe

Le site d’implantation de l’ICEDA se trouve sur une zone classée par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) comme soumise aux remontées de nappe.

EDF ne fait aucune mention de ce risque dans le dossier de demande de création.

Par contre la fosse creusée dans la nappe, pour recevoir les déchets radioactifs et recueillir les effluents liquides radioactifs, est effacée des plans du deuxième permis de construire.

 

3 – Risque sismique et problèmes de portance du sol

EDF avait triché à l’origine de la construction de la centrale en supprimant de la liste des séismes historiques celui qui était le plus pénalisant pour le site. Des anti-nucléaires l’avaient remarqué et l’ASN avait dû obliger EDF à corriger l’étude et renforcer la protection au séisme de ces réacteurs. Ce qui fut fait entre 2010 et 2013.

Pour ICEDA, l’ASN a exigé un renforcement des fondations du fait à la fois de l’instabilité du sol, mais également du risque sismique.

Une recherche sur la portance du sol a été entreprise par des centres de recherche universitaires, mais son calendrier ne satisfaisait pas les impératifs de délais de mise en service.

EDF préféra alors dimensionner empiriquement les fondations, sans aucun retour d’expérience, et l’ASN valida…

Quant à l’étude sismique elle a été amputée de son volet le plus pénalisant : les effets de site .L’effet de site est le terme utilisé pour décrire l’amplification du mouvement sismique induite par les couches géologiques superficielles.

Dans les rapports des centres de recherche universitaires de nombreuses questions sont soulevées, mais à chaque fois, EDF prétend avoir résolu la question et l’ASN valide, sans que le public n’ait accès ni aux informations sur les solutions proposées, ni à leurs justifications.

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/tricheries-et-obstructions/