Juin 26 2015

Action Rond Point 4 juillet

L’action nationale « occupe ton rond point » du 4 juillet pour demander l’arrêt des réacteurs de plus de 30 ans (dont Fessenheim et Bugey !) approche ; comme vous le savez Stop-Bugey organise l’occupation de plusieurs ronds-points dans la région, dont 4 très proches de Bugey (en plus bien sûr des autres un peu plus éloignés de Chimilin, Chambéry, Grenoble, Bourg en Bresse, Macon, Chalon, Lyon…).

Très proches de Bugey, seront donc proposés les 4 RP de Lagnieu, Ambérieu (2rp) et Montalieu-Vercieu(38) ,à partir de  9 h (ou plus tard, selon dispo de chacun; voir avec les personnes référentes inscrites ci-dessous!) jusqu’à 13 h .Nous pourrons décider de la suite à donner (pique-nique par exemple sur le RP intermarché avec nos amis de Contratom (qui arriveront vers 10 h) à Ambérieu INTERMARCHE et poursuivre éventuellement l’a-m selon météo et dispo de chacun).Voici les coordonnées des personnes pour les 4 RP cités ci-dessus (puis dessous, celles pour les autres RP, plus éloignés de Bugey)

 

LAGNIEU : RP sortie sud de la commune (vers le pont ) contact : Michel : michel.goyet01@orange.fr 06 40 14 57 32

AMBERIEU : RP intermarché : contact Bruno : bchassagnon@gmail.com>  (avec Contratom) 

AMBERIEU : RP de la vie claire : contact jean-pierre : jean-pierre.collet11@wanadoo.fr  06 81 09 75 87

MONTALIEU-VERCIEU : sortie sud : contact Alain : cunyalain@wanadoo.fr  06 27 01 51 14

 

CHIMILIN Olivier  06 09 85 87 39

BOURGOIN : Philippe 06 83 53 89 82

CHALON : actinuke  ( philippe) 06 70 73 68 07

MACON : Sylvain  sylvain.magnus@aliceadsl.fr  03 85 34 12 49

BOURG EN BRESSE : Jean-Louis jlggayet@wanadoo.fr  06 72 75 13 32

LYON  Florence 06 70 30 54 88 / Bertrand  06 73 69 93 26 Franceline fantonbr@orange.fr

CHAMBERY François 06 37 88 36 41

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/actions/action-ron-point-4-juillet/

Juin 23 2015

Communiqué de la Coordination-Stop Bugey

ICEDA du Bugey, plaque tournante des déchets nucléaires : un exemple flagrant du passage en force de l’industrie nucléaire, ou l’art de faire plier la justice pour imposer ses projets.

ICEDA*, ces 5 lettres sans doute mystérieuses pour la plupart des habitants de l’agglomération lyonnaise, cachent en fait le nom d’une future poubelle atomique mais aussi la future plaque tournante du trafic des déchets nucléaires sur la commune de St Vulbas (située à 30 km du centre de Lyon et à peine 60 km à vol d’oiseau de Genève). Elle doit accueillir sur la commune de St Vulbas les déchets les plus radioactifs du démantèlement des réacteurs nucléaires comme la cuve de Brennilis dont le débit de dose est estimé en centaine de Sievert par heure. Une dose reçue de 6 Sieverts entraîne la mort.

carte ICEDA Bugey

Ce site doit reconditionner tous les déchets qui vont lui parvenir des 20 centrales nucléaires , c’est-à-dire les cisailler, les compresser et sans doute également les déclasser afin de rendre moins coûteux le stockage à long terme. Ces opérations vont générer des rejets gazeux comme le tritium (hydrogène radioactif) jusqu’à 8 fois supérieurs à ceux de la centrale du Bugey. Et les riverains devront supporter le ballet incessant d’au moins 10 convois par mois pendant au moins 50 ans avec le risque d’accident, d’irradiation et de contamination que comporte tout transport de matières radioactives.

Après une enquête bâclée au début de l’été 2006, malgré les protestations de quelques habitants et du conseil municipal de St Vulbas, la création de l’ICEDA est autorisée par décret ministériel en avril 2010. Plusieurs associations de protection de l’environnement **, un serriste, la ville de Genève ont dénoncé devant le Conseil d’Etat tous les manquements du dossier, les insuffisances de l’étude d’impact, les risques falsifiés d’inondation en cas de rupture du barrage du Vouglans, le risque de pollution de la réserve d’eau potable de Lyon sans parler du non respect de la directive européenne 85/337 sur la participation du public. Le devis estimatif du projet frôle curieusement la barre des 300 millions d’euros sans la dépasser ce qui lui permet d’échapper à tout débat public alors que l’ICEDA est la pièce centrale du démantèlement des installations nucléaires qui engage plusieurs milliards d’euros.

Son permis de construire est annulé par 2 fois par le tribunal administratif de Lyon en 2012 pour non respect du PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui spécifiait que : « sont interdites toutes les occupations et utilisations non liées et nécessaires à l’activité de la centrale ». Or cette installation doit accueillir les déchets nucléaires de toute la France et des 9 réacteurs en démantèlement (Brennilis, Bugey, Chinon, Chooz, St Laurent, Malville) .stop bugey

Qu’à cela ne tienne, EDF fait pression sur la commune de St Vulbas pour réviser son PLU de façon simplifiée. Avis favorable d’un commissaire complaisant qui acte la dépendance de la commune vis-à-vis d’EDF, «considérant les liens anciens et étroits de la commune de St Vulbas avec EDF, exploitant de la centrale BUGEY, liens non seulement économiques mais sociaux, culturels et sportifs…. ». Un nouveau permis est obtenu dans la foulée. Mais les riverains et la nouvelle association SDN Bugey créée après la catastrophe de Fukushima, réagissent, déposent un recours dénonçant les violations de la procédure accélérée. La justice leur donne raison, rendant la procédure de révision caduque ainsi que le nouveau permis.

Alors peu importe, EDF attaque devant le Conseil d’Etat, le jugement initial d’annulation du premier permis de construire confirmé par 2 fois par le tribunal de Lyon et obtient gain de cause en mars 2014. Le Conseil d’Etat interprète de façon surréaliste « sont interdites toutes les occupations et utilisations non liéees et nécessaire à l’activité de  la centrale » du PLU de St Vulbas par « n’imposant pas que ces travaux aient pour objet exclusif de répondre à ses besoins ». En clair, le Conseil d’Etat transforme l’interdiction en autorisation totale sous prétexte qu’elle va accueillir un peu les déchets de la centrale du Bugey, elle pourra accueillir donc tous les autres. Tordu, non ? Surtout quand on sait que la rédaction en 2008 de cette interdiction spécifiée dans ce PLU y a été mise pour justement ne pas accueillir les déchets d’ailleurs. Le tribunal de Lyon est contraint de se déjuger et de suivre celui du Conseil d’Etat. Aurions-nous ici la confirmation de «l’Etat nucléaire» comme l’écrit Corinne Lepage dans son dernier livre ?

La construction de l’ICEDA du Bugey va reprendre, en ayant piétiné toute tentative d’ouverture de débat sur la question du démantèlement des installations nucléaires.

Certes, une plainte est en cours devant la commission européenne déposée par les associations en août 2013 pour absence de désignation de l’autorité environnementale, autre entorse que s’est permis le Conseil d’Etat dans son jugement très alambiqué du 1er mars 2013 pour rejeter les argumentations des associations.

La convention d’Aarhus et la directive européenne 85/337 définissent expressément dans leurs annexes que pour les démantèlements et les stockages de déchets nucléaires, la participation du public doit être faite le plus en amont possible du projet quand toutes les options sont possibles.

Depuis l’annulation en juin 2007 du décret de démantèlement complet de la centrale nucléaire de Brennilis pour défaut d’information du public et absence d’enquête publique , les associations soutenues par des milliers de citoyens n’ont eu de cesse de réclamer l’ouverture du débat sur la question du démantèlement (courriers aux ministres, procédures juridiques, pétitions, communiqués etc…) alors que volontairement les projets sont morcellés pour empêcher une vision globale du dispositif Démantèlement, Déchets, Transports qui nous concerne tous.

Le nucléaire a été imposé sans aucun débat démocratique, refusons d’être spoliés de nos droits et exigeons que les textes européens soient respectés : le démantèlement est un problème d’intérêt général qui met en jeu la santé des travailleurs et de la population sans compter les milliards d’euros en jeu dans ce dossier. La moins mauvaise option doit être décidée par les Français de façon démocratique. Et celle de la future plaque tournante ICEDA avec des convois venus de toute la France est la pire des options.

*ICEDA est l’abréviation de Installation de Conditionnement et d’Entreposage des Déchets Activés.

**

1/ AHDE :Association Hiéroise de la Défense de l’Environnement, mairie

2/ CRIIRAD : Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la RADioactivit

3/ CRILAN : Comité de Réflexion, d’Information et de Lutte anti-nucléair

4 / Médiane

5/ Bretagne Vivante

6/ Sortir du nucléaire Cornouaille

7/ Vivre dans les Monts d’Arrée- AE2D Agir pour un Environnement et un Développement Durable s’est jointe à la plainte européenne voir http://www.sortirdunucleairecornouaille.org/spip.php?article142

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/iceda/communique-de-la-coordination-stop-bugey/

Juin 14 2015

La presse locale en parle

ZONE EVACUATION LAGNIEU JUIN 2015 ZONE EVACUATION LAGNIEU JUIN 20152

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/actions/la-presse-locale-en-parle/

Juin 09 2015

Occupation Ronds Points 4 juillet 2015

SAMEDI 4 JUILLET 2015, des actions ronds-points partout en France pour exiger la fermeture des réacteurs de plus de 30 ans.

En novembre 2014, le Réseau « Sortir du nucléaire » lançait une première action nationale d’occupation des ronds-points pour dire stop au rafistolage des centrales nucléaires et pour exiger la fermeture des réacteurs de plus de 30 ans. À cette occasion, plus de 80 ronds-points ont été occupés partout en France.

Rendez-vous sur les ronds-points équipés de banderoles, tracts et drapeaux pour exprimer ensemble notre refus de rafistoler les vieilles centrales et exiger l’arrêt des réacteurs de plus de 30 ans.

Pour agir près de chez vous, retrouvez sur notre site des conseils pour vos actions : http://www.sortirdunucleaire.org/4juillet2015

Pour inscrire une action ou connaître les actions organisées près de chez vous, rendez-vous sur l’agenda du Réseau : http://www.sortirdunucleaire.org/Agenda

RP9112013-Ambérieu-Intermarché-SDN_Bugey.14

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/actions/occupation-ronds-points-4-juillet-2015/

Juin 09 2015

Message à caractère informatif de la CRIIRAD

Bonjour à tous,

 

L’Europe s’apprête à adopter un règlement fixant les niveaux de contamination radioactive qui seront autorisés dans les aliments en cas d’accident nucléaire. Le Parlement doit donner son avis début juillet et le Conseil de l’UE devrait prendre sa décision d’ici fin 2015.

Alors qu’il aurait fallu revoir l’ensemble du dispositif mis en place au lendemain de Tchernobyl (sous la pression notamment du lobby nucléaire français), le projet de règlement élaboré par la Commission européenne ne change quasiment rien (il y a même des aggravations).

Officiellement, les limites adoptées garantissent le respect d’un critère de dose de 1 mSv (ce qui est déjà, pour la seule ingestion des aliments, un niveau de risque assez élevé). En réalité, les doses pourront être beaucoup plus élevées : 10 fois plus, voire 100 fois plus dans les scénarios les plus pénalisants. Le gouffre s’explique par des anomalies gravissimes (incohérences, mensonges, irrégularités…) dans le travail des experts qui ont validés ces limites. Un seul exemple pour vous convaincre de la gravité des faits : les  taux de contamination admissibles dans les aliments ont été définis pour l’impact d’un accident survenant à 1 000 km des frontières européennes. Or le règlement les applique aux accidents qui surviendront à l’intérieur de l’Europe ! Vous trouverez pages 2 et 3 de notre communiqué du 21 mai 2015 la synthèse des anomalies que nous avons identifiées.

Sur la base de ces constats, nous avons cherché à obtenir la liste des experts impliqués dans cette arnaque. Confronté au silence de la Commission, nous venons de déposer plainte auprès du médiateur européen.

Afin de faire pression sur les parlementaires et sur les gouvernements qui vont se prononcer dans les prochains mois, nous avons lancé une pétition contre le projet. Elle peut être signée en ligne au : http://criirad-protegeonsnotrealimentation.wesign.it/fr. Un document explicatif complémentaire est en cours de rédaction.

Nous avons besoin que la mobilisation soit la plus massive possible, en France et en Europe*. Toute aide, suggestion ou participation de votre part est la bienvenue que ce soit pour appeler à signer la pétition, diffuser l’information, trouver des relais à l’étranger ou  faire pression sur les décideurs.

N’hésitez pas à utiliser les documents que nous avons mis en ligne. Ils sont récupérables à http://www.criirad.org/aliments-nma-accidentnucleaire/sommaire.html (le dossier devrait s’étoffer au cours des prochaines semaines).

Notre prochaine action vise le vote du Parlement européen, prévu pour le 6 juillet prochain. Nous souhaiterions que le maximum de citoyens puisse interpeller les députés de sa circonscription (nous allons préparer dès que possible un modèle de lettre). Nous travaillerons ensuite en direction des gouvernements appelés à se prononcer au niveau du Conseil de l’UE (en particulier 1/ celui de la France et 2/ celui des Etats européens non nucléarisés).

Nous sommes à votre disposition pour toute question ou proposition.

Merci d’avance de toute aide que vous pourrez apporter,

Très amicalement

Pour la CRIIRAD

Le président, Roland Desbordesimage001

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/industrie-nucleaire/message-a-caractere-informatif-de-la-criirad/

Avr 27 2015

ICEDA du Bugey, plaque tournante des déchets nucléaires :
  un exemple flagrant du passage en force de l’industrie nucléaire. ou l’art de faire plier la justice pour imposer ses projets

ICEDA*, ces 5 lettres sans doute mystérieuses pour la plupart des habitants de
l’agglomération lyonnaise, cachent en fait le nom d’une future poubelle atomique mais
aussi la future plaque tournante du trafic des déchets nucléaires sur la commune de
St Vulbas (située à 30 km du centre de Lyon et à peine 60 km à vol d’oiseau de Genève).
Elle doit accueillir sur la commune de St Vulbas les déchets les plus radioactifs du
démantèlement des réacteurs nucléaires comme la cuve de Brennilis dont le débit de dose
est estimé en centaine de Sievert par heure. Une dose reçue de 6 Sieverts entraîne la
mort.
Ce site doit reconditionner tous les déchets qui vont lui parvenir des 20 centrales
nucléaires , c’est-à-dire les cisailler, les compresser et sans doute également les déclasser
afin de rendre moins coûteux le stockage à long terme. Ces opérations vont générer des
rejets gazeux comme le tritium (hydrogène radioactif) jusqu’à 8 fois supérieurs à ceux de
la centrale du Bugey. Et les riverains devront supporter le ballet incessant d’au moins 10
convois par mois pendant au moins 50 ans avec le risque d’accident, d’irradiation et de
contamination que comporte tout transport de matières radioactives.
Après une enquête bâclée au début de l’été 2006, malgré les protestations de quelques
habitants et du conseil municipal de St Vulbas, la création de l’ICEDA est autorisée par
décret ministériel en avril 2010. Plusieurs associations de protection de l’environnement **,
un serriste, la ville de Genève dénonceront devant le Conseil d’Etat tous les manquements
du dossier, les insuffisances de l’étude d’impact, les risques falsifiés d’inondation en cas
de rupture du barrage du Vouglans, le risque de pollution de la réserve d’eau potable de
Lyon sans parler du non respect de la directive européenne 85/337 sur la participation du
public. Le devis estimatif du projet frôle curieusement la barre des 300 millions d’euros
sans la dépasser ce qui lui permet d’échapper à tout débat public alors que l’ICEDA est la
pièce centrale du démantèlement des installations nucléaires qui engage plusieurs
milliards d’euros.
Son permis de construire sera annulé par 2 fois par le tribunal administratif de Lyon en
2012 pour non respect du PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui spécifiait que : « sont
interdites toutes les occupations et utilisations non liées et nécessaires à l’activité de la
centrale ». Or cette installation doit accueillir les déchets nucléaires de toute la France et
des 9 réacteurs en démantèlement (Brennilis, Bugey, Chinon, Chooz, St Laurent, Malville)
.
Qu’à cela ne tienne, EDF fait pression sur la commune de St Vulbas pour réviser son PLU
de façon simplifiée. Avis favorable d’un commissaire complaisant qui acte la dépendance
de la commune vis-à-vis d’EDF, «considérant les liens anciens et étroits de la
commune de St Vulbas avec EDF, exploitant de la centrale BUGEY, liens non
seulement économiques mais sociaux, culturels et sportifs…. ». Un nouveau permis
est obtenu dans la foulée. Mais les riverains et la nouvelle association SDN Bugey créée
après la catastrophe de Fukushima, réagissent, déposent un recours dénonçant les
violations de la procédure accélérée. La justice leur donne raison, rendant la procédure de
révision caduque ainsi que le nouveau permis.
Alors peu importe, EDF attaque devant le Conseil d’Etat, le jugement initial d’annulation du
premier permis de construire confirmé par 2 fois par le tribunal de Lyon et obtient gain de
cause en mars 2014. Le Conseil d’Etat interprète de façon surréaliste « sont interdites
toutes les occupations et utilisations non liéees et nécessaire à l’activité de la centrale » du
PLU de St Vulbas par « n’imposant pas que ces travaux aient pour objet exclusif de
répondre à ses besoins ». En clair, le Conseil d’Etat transforme l’interdiction en
autorisation totale sous prétexte qu’elle va accueillir un peu les déchets de la centrale du
Bugey, elle pourra accueillir donc tous les autres. Tordu, non ? Surtout quand on sait que
la rédaction en 2008 de cette interdiction spécifiée dans ce PLU y a été mise pour
justement ne pas accueillir les déchets d’ailleurs. Le tribunal de Lyon est contraint de se
déjuger et de suivre celui du Conseil d’Etat. Aurions-nous ici la confirmation de «l’Etat
nucléaire» comme l’écrit Corinne Lepage dans son dernier livre ?
La construction de l’ICEDA du Bugey va reprendre, en ayant piétiné toute tentative
d’ouverture de débat sur la question du démantèlement des installations nucléaires.
Certes, une plainte est en cours devant la commission européenne déposée par les
associations en août 2013 pour absence de désignation de l’autorité environnementale,
autre entorse que s’est permis le Conseil d’Etat dans son jugement très alambiqué du 1er
mars 2013 pour rejeter les argumentations des associations.
La convention d’Aarhus et la directive européenne 85/337 définissent expressément dans
leurs annexes que pour les démantèlements et les stockages de déchets nucléaires, la
participation du public doit être faite le plus en amont possible du projet quand toutes les
options sont possibles.
Depuis l’annulation en juin 2007 du décret de démantèlement complet de la centrale
nucléaire de Brennilis pour défaut d’information du public et absence d’enquête publique ,
les associations soutenues par des milliers de citoyens n’ont eu de cesse de réclamer
l’ouverture du débat sur la question du démantèlement (courriers aux ministres,
procédures juridiques, pétitions, communiqués etc…) alors que volontairement les projets
sont morcellés pour empêcher une vision globale du dispositif Démantèlement, Déchets,
Transports qui nous concerne tous.
Le nucléaire a été imposé sans aucun débat démocratique, refusons d’être spoliés de nos
droits et exigeons que les textes européens soient respectés : le démantèlement est un
problème d’intérêt général qui met en jeu la santé des travailleurs et de la population sans
compter les milliards d’euros en jeu dans ce dossier. La moins mauvaise option doit être
décidée par les Français de façon démocratique. Et celle de la future plaque tournante
ICEDA avec des convois venus de toute la France est la pire des options.
*ICEDA est l’abréviation de Installation de Conditionnement et d’Entreposage des Déchets Activés.
** 1/ AHDE :Association Hiéroise de la Défense de l’Environnement, mairie 2/ CRIIRAD : Commission de
Recherche et d’Information Indépendantes sur la RADioactivité, 3/ CRILAN : Comité de Réflexion,
d’Information et de Lutte anti-nucléaire 4 / Médiane, 5/ Bretagne Vivante 6/ Sortir du nucléaire Cornouaille
7/ Vivre dans les Monts d’Arrée- AE2D Agir pour un Environnement et un Développement Durable s’est
jointe à la plainte européenne voir http://www.sortirdunucleairecornouaille.org/spip.php?article142
Rédaction : Chantal Cuisnier (02 98 53 81 79) relecture Elisabeth Brenière

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/iceda/iceda-du-bugey-plaque-tournante-des-dechets-nucleaires-un-exemple-flagrant-du-passage-en-force-de-lindustrie-nucleaire-ou-lart-de-faire-plier-la-justice-pour-imposer-ses-projets/

Nov 11 2014

LA TRANSITION ENERGETIQUE

CONFERENCE sur la TRANSITION ENERGETIQUE à la salle polyvalente de Villette de Vienne (38200) le jeudi 20 novembre à 20 h.

 

Martine Tardy, invite dans son village, Joel Guerry , membre de l’Association Sortir du Nucléaire Bugey à donner une Conférence , résultante d’un patient travail de

Conférence sur la transition énergétique

Conférence sur la transition énergétique

recherches , d’observations et d’enquêtes effectuées pour montrer que l’on peut sortir du Nucléaire et aller, comme il dit «  Vers un autre visage énergétique de la France »

Voici ce qu’il écrit encore, concernant cette conférence :

 « elle vise à permettre aux citoyen(ne)s d’interpeler leurs députés et sénateurs qui sont en train de débattre de la future loi de « Transition énergétique pour la croissance verte » rédigée par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

Face aux crises majeures de l’énergie et du climat, un changement radical de notre modèle énergétique s’avère désormais incontournable.

Après avoir présenté un historique rapide de la politique énergétique de notre pays dans les 50 dernières années, la conférence s’attache à partir d’une présentation de la situation actuelle de la production et de la consommation d’énergie, à décrire ce que pourrait-être le modèle énergétique de la France de demain. Un modèle durable, soucieux de responsabiliser les individus, basé sur la sobriété et l’efficacité énergétique et faisant appel à des énergies alternatives renouvelables (solaire, éolien, biogaz, biomasse, hydraulique, …). De nombreux pays dans le monde sont déjà dans cette voie et la France prend du retard.

Comme le montreront avec des exemples concrets (vidéo) les animateurs de cette conférence, cette transition énergétique, déjà en marche localement en France, ne demande pour réussir pleinement qu’à se généraliser. La transition énergétique est une chance, sachons la saisir! »

Contact : Martine Tardy Tél. : 06 26 49 46 96

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/archives/la-transition-energetique/

Juil 23 2014

Communiqué de presse sur le projet de décision de l’ASN concernant le réacteur n°5 de la centrale du Bugey et la participation du public à propos de cette décision

Suite au troisième réexamen de sûreté effectué sur le réacteur n°5, du 11 juin au 20 décembre 2011, l’ASN a établi son projet de décision pour autoriser la poursuite de la production d’électricité nucléaire de ce réacteur jusqu’en 2022 et l’a mis conformément à la loi en consultation publique sur le site web de l’ASN du 23 juin au 14 juillet 2014.

Nous sommes scandalisés de cette proposition du « gendarme du nucléaire » faite le 20 juin 2014, car, lors de la visite décennale de ce réacteur n° 5, il a été constaté une augmentation significative du taux de fuite de son enceinte de confinement nécessitant un nouveau contrôle avant fin 2016.

L’enceinte de confinement, cylindre avec toit sphérique en béton visible à l’approche du site nucléaire, est la troisième et dernière barrière de confinement de la radioactivité avant rejet dans l’environnement. C’est un composant essentiel mais irremplaçable et donc vieillissant qui devrait conduire à l’arrêt définitif du réacteur en 2016 si les fuites sont toujours présentes.

Cette décision de l’ASN de prolongation jusqu’en 2022 de la production nucléaire de ce réacteur n°5 sans attendre les nouveaux tests de 2016, est vraiment choquante, très préoccupante parce que très dangereuse. Rappelons que ce réacteur a été mis en service en 1979 ; cela fait 35 ans et il serait autorisé à fonctionner jusqu’en 2022, soit 43 ans !!! Les différents éléments de ce réacteur ont déjà notablement dépassé leur durée de vie prévue à l’origine, leur fiabilité devient donc très aléatoire ! Cette prolongation jusqu’à 43 ans va inévitablement générer des incidents, voire accidents un peu plus avec chaque jour qui passe !

De très nombreux incidents surviennent ces dernières années sur le site nucléaire du Bugey. L’année 2013 a totalisé 71 incidents, dont 12 classés en niveau 1 sur l’échelle INES (4 concernant le réacteur n° 5) et 2014 s’annonce semblable avec déjà, fin juin, 28 incidents dont 7 de niveau 1. En 2013, Bugey 5 a subi un incendie de son alternateur le 24 juin, puis la défaillance d’une vanne et les fuites d’une autre vanne qui ont conduit au déclenchement du plan d’urgence interne le 2 août. La vanne défaillante a été rafistolée ….puis, suite à de nouveaux problèmes elle a été définitivement remplacée en janvier 2014 (mais il a été constaté que 11 autres vannes présentaient le même défaut).

La visite décennale aurait normalement dû avoir lieu en 2009 mais elle n’a été effective qu’en 2011 et l’ASN va seulement en 2014 donner son accord pour une prolongation de fonctionnement. Ce réacteur a donc fonctionné sans autorisation explicite et officielle pendant 3 ans ! L’ASN a fixé dans son projet de décision, des prescriptions complémentaires, autrement dit des injonctions de travaux ou d’organisation dont la réalisation serait exigée pour certains en 2014 d’autres en 2015 ou 2016. Ce qui revient à dire que les faiblesses, voire les défauts relevés sont censés ne pas entraîner … d’accidents avant leur correction… Cela laisse rêveur dans un pays ou le respect du contrôle technique de votre voiture est fermement exigé… sans retard… La plupart de ces défauts à corriger résultent de l’accident de Fukushima.

Le choix de ces dates est choquant car on va laisser fonctionner un réacteur pendant encore plusieurs années avec des défauts importants de sûreté, alors que ce réacteur n° 5 est actuellement à l’arrêt pour un grand « lifting » chimique de ses générateurs de vapeur. Pourquoi ne pas donner comme échéance à tous ces travaux le 31 décembre 2014 ?

L’ASN veut probablement étaler les coûts de ces travaux pour EDF, mais l’économie doit-elle passer avant la sûreté ? On veut continuer à nous faire croire que le nucléaire est bon marché alors que ces coûts ne font qu’augmenter et, pour cela, on va jusqu’à amputer la sécurité des installations. La loi oblige l’ASN à soumettre ses décisions à une procédure de participation du public. Cette possibilité d’expression est mise sur le site de l’ASN sans autre publicité.

Pour le projet de décision concernant Bugey 5, c’était du 23 juin au 14 juillet 2014 ; nous n’en avons pris connaissance que début juillet. Cette décision d’autoriser la poursuite de la production nucléaire du réacteur n°5, au mépris de risques majeurs sur toute la région, le pays et à nos voisins suisses, a suscité plus de 1 000 réactions d’indignations, de critiques, en moins de 2 semaines sur le site de l’ASN. Ces nombreuses réactions, dont bon nombre venant de la population locale montre l’inquiétude de plus en plus grande vis à vis des vieilles centrales nucléaires françaises et ne font que confirmer notre association dans sa demande de fermeture des réacteurs nucléaires n° 2, 3 4 et 5 du site de Bugey et cela sans attendre. Dans le même temps où elle prend cette décision, l’ASN admet qu’un accident nucléaire est probable …

Comme Fukushima et Tchernobyl nous le démontrent, ce sera la mort de la région concernée et cela mettra à mal la France entière. Peut-on espérer que ces réactions amènent « le gendarme du nucléaire » à modifier sa décision, à prendre en compte ces critiques et à exercer ainsi sa mission, à savoir assurer la sécurité des personnes, avant la rentabilité des sites nucléaires ?

L’association Sortir du nucléaire Bugey 28 impasse des Bonnes 01360 Loyettes

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/communique-de-presse-sur-le-projet-de-decision-de-lasn-concernant-le-reacteur-n5-de-la-centrale-du-bugey-et-la-participation-du-public-a-propos-de-cette-decision/

Mar 08 2014

8 mars 2014 : grande action ronds-points autour de Bugey

A TOUS LES MILITANTS ET SYMPATHISANTS ANTI-NUCLEAIRES

DANS LE PERIMETRE DE BUGEY (ENTRE 0 ET …100 KM !)

 

Bonjour à tous,

Comme vous le savez sans doute, nous(*) allons organiser une grande action rond point le 8 mars 2014 autour du périmètre de la centrale du BUGEY à St Vulbas.

 

« FUKUSHIMA… BUGEY ? … 

 plus  de  15 rond points  « occupés » CONTRE LE NUCLEAIRE

AUTOUR DE LA CENTRALE du BUGEY ! » 

 

A l’occasion de « l’anniversaire » de la catastrophe de Fukushima

Aussi, si à l’occasion de cette « période funeste », vous souhaitez vous-aussi,

dans le « périmètre proche « de la centrale de Bugey,

manifester votre opposition radicale et farouche au nucléaire, 

dire qu’il est urgent de sortir enfin de cette énergie de mort en France,

d’une façon  nouvelle et particulièrement visible pour la population,

sans crainte de ne « pas faire le plein » vis-à-vis des médias,

retenez cette date  du  8 mars, (et éventuellement le 26 avril)

et repérez dans la liste proposée le Rond Point le plus proche de chez vous …

 

et au delà, même si le symbolique peut faire sourire ou paraître bien dérisoire en ces temps cyniques de repli sur soi, nous serons présents sur cette journée, également pour rendre hommage au peuple japonais qui n’en finit pas de subir l’inacceptable.

 

Ensemble, nous pourrons dire qu’…

« AVEC LE NUCLEAIRE, ON TOURNE EN ROND JUSQU’A …?!!! » !

 

Restez à l’écoute et merci de nous préciser éventuellement si vous êtes intéressé de façon un « peu sûre « pour cette action (sans engagement bien entendu!)  – et donc sur quel RP- de façon à organiser au mieux cette journée.

Coordinateur de l’action :  jean-pierre.collet11@wanadoo.fr / 06 81 09 75 87

—————————————————————————————————————————————————————————————-

rond point ambérieu

Nous avons retenu le samedi 8 mars , de 10 à 16 h

(avec peut-être une action le 26 avril -« pour Tchernobyl »- si très mauvais temps le 8 mars !)

Coordinateur de l’action :  jean-pierre.collet11@wanadoo.fr / 06 81 09 75 87

 

L’idée (toujours la même depuis la création des actions rond points) est de venir le jour « J » en combinaisons blanches + masques de façon à interpeler et sensibiliser la population sur les dangers liés à l’activité de la centrale nucléaire du Bugey.

 

ATTENTION ! Pour cette action, nous demandons qu’il n’y ait pas d’enfants car le lieu reste dangereux

 

Les ROND POINTS RETENUS AUTOUR DE BUGEY (liste provisoire) :
1/ BOURG EN BRESSE  (GRAND  RP sortie sud de Bourg, direction pont d’ain, vers entrée autoroute)

2/ a) AMBERIEU (TRES GRAND RP de l’aviation , en face d’Intermarché, après sortie autoroute)

3/ b) AMBERIEU  (GRAND RP sur la RD 83 en venant de pont d’ain à l’entrée d’ambérieu)

4/ AMBUTRIX (A la sortie de saint denis en bugey, en direction de Vaux en Bugey/ Lagnieu)

5/ LAGNIEU (GRAND  RP à la sortie sud de la ville, près du pont sur le Rhône)

6/ MEXIMIEUX (RP moyen à la sortie sud de la ville, pas loin de la gendarmerie !)

7/ BEYNOST (RP moyen à la sortie n°5 d’autoroute, à l’entrée de la zone commerciale,vers l’entrée du Mc DO, très fréquenté)

8/ LOYETTES côté Isère 38: (GRAND RP juste après le pont)

9/ CREMIEU 38 : (GRAND RP sortie ouest de la ville, vers la grande caserne de pompiers);

10/ 11/ BOURGOIN 38 ? et près de l’aéroport Saint Ex  …(RP à déterminer)

12/ CHIMILIN 38: (RP vers la sortie d’autoroute)

13 / CHAMBERY 73 (1 ou 2 RP à déterminer prochainement)

14/15 :  2 ou 3  RP sur LYON (à définir avec greenpeace Lyon et Rhône Alpes Sans Nucléaire*)

*pour Lyon, les militants locaux sont aussi en train de chercher les meilleurs RP (des grands !);

nous vous tiendrons bien évidemment aussi au courant des choix en question.

 

A bientôt !

—————————————————————————————————————————————————————————————-

*SDN Bugey /Rhône Alpes Sans Nucléaire/ GREENPEACE/ EELV / ATTAC/SDN 38/SDN 73/

AMIS DE LA  TERRE/CONTRATOM/COLLECTIF DES IRRADIES/*A.C.T.E.(association chalonnaise pour la transition énergétique)…

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/actions/8-mars-2014-grande-action-ronds-points-autour-de-bugey/

Jan 31 2014

Centrale du Bugey : La mascarade nommée PPI !

SDN Bugey était présent pour dénoncer cet enfumage officiel (cf article en 2 pages qui se suivent).
Article du Progrès 29 janvier 2014 : Centrale du Bugey : un scénario catastrophe où chacun joue son rôle

Centrale du Bugey : La masacarade nomée PPI

L'article est paru en pages départementales, dans l'édition de la côtière du progrès (donc très lue).

on appréciera tout partciculièrment la fin de l'article , où le journaliste conclut en faisant parler une responsable de l'IRSN qui pense qu'il valait mieux éviter de mettre des combinaisons et des masques pour ne pas affoler la population !!!

il faut l'entendre …

c'est vrai qu'il vaut mieux transformer tout ça en une grande ballade, c'est plus "porteur" et plus positif, (surtout pour les enfants) , ce qu'ils ont apparemment très bien fait; 

 

 

 

Notre slogan retenu pour le 8 mars prend encore une fois ici tous son sens :

BUGEY

ACCIDENT NUCLEAIRE : TOUS CONTAMINES, EVACUES, RUINES…

 

RV à tous au 8 mars sur un rond point de votre choix !

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/archives/centrale-du-bugey-la-mascarade-nomee-ppi/

Articles plus anciens «

« Articles plus récents