«

»

jan 06

Imprimer ceci Article

EDF sait-elle vraiment démanteler ses centrales nucléaires ?

Que la France décide de maintenir ses centrales ou de sortir du nucléaire, le démantèlement des réacteurs est inéluctable une fois atteint l’âge limite. Interventions en milieu hostile, techniques complexes, pollutions radioactives, déchets encombrants, personnels irradiés, coûts exorbitants… Les premiers chantiers de déconstruction menés actuellement par EDF sont loin d’être maîtrisés.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s’apprête à donner son avis sur la poursuite ou l’arrêt de l’un des réacteurs de Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires françaises. Mais qu’en est-il des réacteurs déjà arrêtés en France ? 68 réacteurs nucléaires, répartis dans 22 centrales, ont été érigés depuis le lancement du programme électronucléaire civil par de Gaulle dans les années 1960.

Quels sont les réacteurs déjà arrêtés ?

Parmi eux, 10 réacteurs sont actuellement en cours de démantèlement [1]. Mis en service entre 1963 et 1986, ces réacteurs ont été conçus comme des prototypes, ne fonctionnant pas tous avec la même technologie. Ils sont moins puissants que ceux actuellement en service (sauf Superphénix), et ont relativement peu fonctionné : entre dix et vingt-quatre ans pour la majorité d’entre eux.

Les réacteurs de « première génération » (Chinon, Saint-Laurent-des-Eaux et Bugey) fonctionnaient à l’uranium naturel et au graphite-gaz. Pur produit du savoir-faire français, cette filière (dite UNGG) est arrêtée par Georges Pompidou en 1969, après la fusion partielle du cœur d’un des réacteurs de la centrale de Saint-Laurent, le plus grave accident nucléaire en France, et en raison de la préférence d’EDF pour les réacteurs à eau pressurisée mis au point aux États-Unis. Le réacteur de Brennilis, en Bretagne, devait tester la technologie eau lourde-gaz. Jugée non rentable, elle a aussi été abandonnée. Chooz fut la première centrale de type REP (réacteur à eau pressurisée) construite dans l’Hexagone. C’est cette filière, conçue par la compagnie américaine Westinghouse, et dont EDF a acheté la licence dans les années 1960, qui constitue la totalité du parc actuel de 58 réacteurs. Enfin, le surgénérateur Superphénix est un réacteur à neutrons rapides, refroidi au sodium liquide, arrêté en 1997 sous le gouvernement de Lionel Jospin. Son ancêtre, Phénix, à Marcoule, a fonctionné pendant 36 ans. Son démantèlement s’étalera sur 15 ans, jusqu’en 2027.

Démantèlement immédiat : mission impossible ?

EDF avait choisi de prendre son temps pour démanteler ces 10 réacteurs : vingt-cinq à cinquante ans, voire au-delà, après leur mise à l’arrêt définitif. Le temps que la radioactivité accumulée en leur sein diminue. Mais, à la faveur d’un avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’électricien change de stratégie en 1999 et opte pour le démantèlement « immédiat ». En 2001, le Centre d’ingénierie déconstruction et environnement (Ciden), chargé du démantèlement, est créé.

Un démantèlement « immédiat » permet, selon la version d’EDF, de bénéficier de la mémoire des travailleurs qui ont œuvré sur ces technologies aujourd’hui obsolètes. Et aux générations futures de s’affranchir de la tâche délicate de la déconstruction. Problème : 40 % des 25 000 salariés de l’électronucléaire français partiront à la retraite d’ici à 2015… « En réalité, EDF et ses partenaires, comme Areva, ont changé de cap car ils se sont aperçus qu’il y avait un énorme marché mondial du démantèlement. Et pour se placer sur ce marché, ils doivent montrer qu’ils savent intervenir sur des réacteurs de puissance », estime Roland Desbordes, président de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad). « Or, le démantèlement immédiat n’est pas la meilleure solution, que ce soit pour les travailleurs, à cause de la radioactivité, ou pour l’élimination des déchets, qui nécessite des entreposages temporaires ».

Où en est la filière du démantèlement ?

EDF se targue de maîtriser les opérations de démantèlement dans un cadre industriel. Une posture battue en brèche par les experts scientifiques indépendants de Global Chance. La déconstruction des réacteurs « reste en grande partie théorique en l’absence de retour d’expérience suffisant (…). L’expérience accumulée jusqu’ici renforce au contraire l’image d’une démarche compliquée », voire «  complexe », écrivent-ils [2]. En cause : les problèmes techniques ou les difficultés réglementaires qui apparaissent, au cas par cas, sur les chantiers. « Les techniques de déconstruction ne sont pas du tout acquises par EDF, ajoute Roland Desbordes. Le démantèlement, ce sont des mauvaises surprises à mesure que vous avancez. Il n’y a pas de solution miracle. »

Censé être le symbole – créé par la fine fleur de l’industrie nucléaire elle-même – du démantèlement « à la française », le chantier de Brennilis, au cœur des monts d’Arrée (Finistère), révèle à lui seul les difficultés de la déconstruction. Démarré en 1985, ce chantier, qui devait marquer « l’aboutissement de la phase expérimentale et le passage à une phase industrielle » du démantèlement, selon Global Chance, n’est toujours pas achevé. À la suite d’un recours déposé par le réseau Sortir du nucléaire, le Conseil d’État a annulé, le 6 juin 2007, un décret de 2006 qui autorisait la dernière phase du démantèlement : la démolition du bâtiment réacteur et le démontage de ses équipements. Le défaut d’information de la population de la part d’EDF, au vu des recommandations européennes, n’a pas été du goût de la haute juridiction. En juillet dernier, un nouveau décret a toutefois autorisé la reprise du chantier.

Combien de réacteurs définitivement démantelés ?

Sur les 10 réacteurs arrêtés, aucun n’a donc encore encore été complètement démantelé. Plus largement, 54 « installations nucléaires de base » (INB [3]) – petits réacteurs expérimentaux du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), les premières usines de fabrication de combustible ou de retraitement (Saclay, Cadarache, Pierrelatte…), des accélérateurs de particules destinés à la recherche… – ont été stoppées depuis 1973. Seules 22 ont été officiellement démantelées. Cependant, aucune de ces installations nucléaires civiles « n’a atteint le stade dit du "retour à l’herbe", c’est-à-dire l’effacement de toute trace visible et de toute contamination et la libération inconditionnelle du site », relèvent les experts de Global Chance.

Les chantiers de déconstruction sont-ils sûrs ?

Le démantèlement, à Brennilis, du plus petit réacteur français – 70 mégawatts (MW), à comparer aux 1 500 MW des réacteurs les plus récents – est également une aberration environnementale. L’Autorité de sûreté nucléaire y a découvert que 20 % des fûts de déchets radioactifs présentaient des signes de corrosion externe « assez prononcée ». Le gendarme du nucléaire a en outre estimé que l’activité radiologique des déchets était « fortement sous-évaluée », quand elle n’était pas mal identifiée. En 1999, des personnes ont été exposées au tritium, un radioélément toxique difficile à détecter. Un an plus tard, c’est une station de traitement des effluents qui présentait des fuites. En 2006, enfin, la Criirad détectait une présence anormale de césium 137, d’actinium 227 et de cobalt 60 aux abords de la centrale. Selon l’ASN, 38 incidents « significatifs » ont eu lieu sur les chantiers de démantèlement français en 2009.

Le chantier de Superphénix est à l’avenant. Stoppé il y a quinze ans, le surgénérateur de Creys-Malville (Isère), renferme encore – en plus du plutonium retraité en combustible MOX – 5 500 tonnes de sodium inflammable au contact de l’air et explosif s’il est mélangé à de l’eau. Ce métal, chauffé en permanence à 180 °C pour être liquéfié et transformé en soude, sera coulé, d’ici à 2025, dans 37 000 cubes de béton. Leur avenir n’est pas officiellement scellé, mais la Criirad craint qu’ils deviennent des déchets « valorisables » et qu’ils soient utilisés comme matériaux de construction, avec le risque que la population soit exposée à de faibles doses radioactives (lire notre article sur le sujet)

Le démantèlement a-t-il été anticipé ?

La déconstruction des centrales nucléaires, quelle que soit leur puissance, s’avère donc infiniment problématique. Selon l’anthropologue et philosophe Christine Bergé, une industrialisation de leur démantèlement, vantée par EDF, relève du « mythe » (voir notre entretien). « Si le démantèlement [des 10 réacteurs aujourd’hui arrêtés] se présente dans des conditions très différentes du futur démantèlement des réacteurs du parc nucléaire actuel – et qu’à ce titre toute transposition des observations menées sur les chantiers en cours est difficile –, on peut au moins tirer un enseignement général sur la complexité et le lourdeur des opérations », notent les experts de Global Chance.

Le jugement de l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN) est lui aussi sans appel : « Il apparaît évident depuis quelques années que le démantèlement de centrales nucléaires des [anciennes générations] aurait pu être facilité si on avait davantage tenu compte de cet aspect de la gestion dès la conception de l’installation et sur toute la durée de son exploitation. » [4] Et l’agence de préciser : « Une meilleure planification du démantèlement dès l’origine aurait en effet pu permettre de diminuer les doses reçues par les travailleurs et de réduire les coûts. » Autrement dit, aucun des réacteurs mis en service en France – pour une durée de vie initiale de trente ans – n’a été conçu pour être un jour déconstruit… Les autorités de sûreté des pays de l’OCDE exigent désormais, pour chaque nouvelle centrale, que les électriciens leur délivrent des plans préliminaires de démantèlement et de gestion des déchets.

Où stocker les déchets radioactifs ?

Avec les dix chantiers de déconstruction actuels, EDF prévoit de produire plus d’un million de tonnes de déchets, dont 20 % radioactifs. Le Ciden construit actuellement une installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (Iceda) [5] à Saint-Vulbas (Ain), à proximité de la centrale du Bugey. En 2014, ce site accueillera, pour une durée limitée de cinquante ans, promet EDF, 500 tonnes de déchets moyennement radioactifs à vie longue, en bordure du Rhône. « En plus d’être en zone sismique, Iceda est menacée par une rupture du barrage de Vouglans, à 30 kilomètres en amont, qui la noierait sous 9 mètres d’eau », s’inquiète Roland Desbordes. Ce barrage, le troisième de France, est d’ailleurs étroitement surveillé par EDF, car il présente des signes de faiblesse…

Pour le président de la Criirad, qui a déposé, avec six autres associations, un recours devant le Conseil d’État contre le projet, « Iceda légalise en fait une pratique illégale. À savoir, l’entreposage de déchets en vrac ou mal conditionnés issus de centrales en fonctionnement ainsi que des générateurs de vapeur ». Par ailleurs, il n’existe toujours pas de centre de stockage définitif pour les 17 100 tonnes de graphite provenant des anciens réacteurs UNGG. Les deux communes finalistes (sur 3 115) de l’appel à candidatures, lancée en 2008 par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) – Auxon et Pars-lès-Chavanges (Aube) – ont finalement abandonné ce cadeau empoisonné.

Quel est le coût du démantèlement ?

Comme la gestion des déchets nucléaires, le coût global du démantèlement des centrales françaises est lui aussi sujet à caution. De nombreux chiffres, évalués à la louche, sont récemment parus dans les médias. Or, la complexité des chantiers de déconstruction actuels montre combien l’exercice est périlleux. Pour preuve, EDF, qui s’était appuyée sur les calculs préconisés en 1979 par la Commission Peon (Production d’électricité d’origine nucléaire), estimait initialement le chantier de Brennilis à 19,4 millions d’euros. La Cour des comptes l’évalue aujourd’hui à 482 millions ! [6] Soit 25 fois plus cher que prévu. Pour démanteler ses 68 réacteurs, EDF a provisionné 10,8 milliards d’euros. La Cour des comptes, elle, chiffre ce programme à plus du double : 23,5 milliards. Autre incertitude : le groupe étant côté en Bourse, ses provisions seront-elles toujours disponibles ? Rien n’est moins sûr. Au Royaume-Uni, le démantèlement de 10 réacteurs, et son lot de sites de stockage des déchets et de centres de retraitement, est estimé à 100 milliards d’euros par l’autorité en charge du démantèlement (Nuclear Decommissioning Authority).

Auditionnés en avril 2010, dans le cadre de la mission sur la filière nucléaire française, commandée par Nicolas Sarkozy à François Roussely, le président d’honneur d’EDF, les Verts ont proposé que le démantèlement devienne un des métiers à part entière du groupe. Mais cette suggestion ne figure pas dans le rapport Roussely… De leur côté, les scientifiques de Global Chance regrettent « le manque d’une vision stratégique globale » de la part d’EDF. Ils enjoignent l’électricien à « sortir de la vision subie du démantèlement […] pour y voir au contraire une opportunité de nouveaux développements ». D’après eux, le marché est « gigantesque » : 125 réacteurs sont déjà fermés dans le monde et la moitié des 441 réacteurs actuellement en service seront arrêtés dans les vingt prochaines années. Alors, EDF, futur leader mondial du démantèlement nucléaire ?

Nathanaël Rouny

En photos :
- Opération de découpe sur un réacteur de l’usine de Marcoule (Gard) / source.

- La centrale de Brennilis (Finistère) / source.

- Au cœur de feu Superphénix : voir le diaporama sur le site du Temps.

Notes

[1] 3 à Chinon (Indre-et-Loire), 2 à Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) 1 à Bugey (Ain), celui de Brennilis (Finistère), 1 à Chooz (Ardennes), Superphénix (Isère) et Phénix à Marcoule (Gard).

[2] Les Cahiers de Global Chance n° 29 (avril 2011).

[3] Une installation nucléaire de base (INB) met en jeu, en un lieu fixe (par opposition à des installations nucléaires mobiles, comme les sous-marins), des substances radioactives. Une INB est placée sous le contrôle de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Il existe également des installations nucléaires de base secrètes (INBS), relevant de la Défense nationale.

[4] Rapport n° 6946 (2010) de l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

[5] Les déchets activés – des pièces métalliques pour l’essentiel – sont rendus radioactifs par leur exposition aux flux de neutrons générés par les fissions en chaîne dans les cœurs des réacteurs.

[6] Rapport de la Cour des comptes (janvier 2005).


En savoir plus

À voir : le film-documentaire Brennilis, la centrale qui ne voulait pas s’éteindre, de Brigitte Chevet (2008, 52 minutes).

À lire : Dossier complet sur l’industrie nucléaire.

Source : http://www.bastamag.net/article2001.html?id_mot=78

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/dechets-nucleaires-2/edf-competence-demantelement-centrales-nucleaires/