Catégorie : Communiqués de presse

Communiqués et dossiers de presse

Répression militaire contre Next-Up

CP. Next-Up

OMMUNIQUE DE PRESSE AU SUJET DE LA REPRESSION MILTAIRE CONTRE NEXT -UP

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/repression-militaire-contre-next-up/

VOEUX RADIO ACTIFS EN BUGEY

CP voeu Radio actifs en Bugey

Bugey

 

 

JP C er G P

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/non-classe/3938/

Anomalies Bugey 3

AnomaliBugey3.2CLIQUER ICI POUR TELECHARGER LE COMMUNIQUE DE PRESS

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/anomalies-bugey-3/

L’insécurité du site nucléaire de Bugey

EDF affirme, comme pour tous ses sites nucléaires, que la sureté est leur priorité.Cliquez sur ce lien pour voir ce qu’il en est !!!

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/le-site-nucleaire-de-bugey/

Modélisation d’un accident majeur

L’institut Biosphère de Genève a modélisé les conséquences d’un accident majeur à Bugey sur la population et l’agriculture. Cliquer sur ce lien pour télécharger le dossier de presse.

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/3880/

SDN Bugey au ministère de l’environnement

Une délégation de militants de Stop Bugey s’est rendue, ce mercredi 5 décembre 2018, au ministère de la Transition écologique, pour remettre une pétition comprenant 10 221 signatures demandant l’arrêt des réacteurs de la centrale nucléaire de Bugey, située à Saint-Vulbas dans l’Ain. Les militants ont pu remettre leur pétition à un huissier du ministère dirigé par François de Rugy.

 

2018 12 05 CP coordination Stop Bugey V4

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/actions/sdn-bugey-au-ministere-de-lenvironnement/

PLAINTE CONTRE EDF

Réseau Sortir Du Nucléaire, Sortir Nucléaire Bugey, Sortir Nucléaire Isère, Rhône Alpes Sans Nucléaire, portent plainte conte EDF suite à une fuite radioactive en décembre 2017

http://www.sortirdunucleaire.org/Fuite-radioactive-a-la-centrale-nucleaire-du

JP et GP

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/plainte-contre-edf/

LYON, 30 septembre 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE POUR ACTION ANTI-NUCLEAIRE DU 30 SEPTEMBRE 2017

 

Alors que tout le monde sait désormais que l’EPR de Flamanville est équipé d’une cuve reconnue défaillante (conséquences du scandale des forges du Creusot), l’Autorité de Sûreté Nucléaire veut autoriser la mise en route de cette installation qui va mettre en danger les travailleurs et la population, et ce, bien au-delà de la Normandie.

 

A Lyon, comme dans le reste de la France, les organisations anti-nucléaires, s’opposent à cette future mise en service et contestent avec force cette décision. En effet, la responsabilité de l’ASN dans ce dossier n’est pas anodine, car c’est bien cette agence qui va donner son « feu vert » à Edf, alors même qu’elle reconnait la fragilité de la cuve, à commencer par son couvercle.

QUESTION : comment cette autorité peut-elle « délivrer une autorisation » de fonctionner à une installation qu’elle considère comme non-fiable ? la situation est inédite. Il y va de la santé et de la vie de centaines de milliers de personnes. On peut s’interroger sur les raisons qui poussent les responsables de cette autorité à ne pas être en accord avec leurs propres conclusions ? …

 

En lien avec la manifestation qui a lieu aujourd’hui même à Saint-Lô, nous sommes aujourd’hui à Lyon afin de redire avec force qu’il ne faut pas mettre en route cette centrale de Flamanville, présentée comme le fleuron de l’industrie électronucléaire qui s’avère d’ores et déjà une véritable gabegie financière, en explosant le budget initialement prévu. Après avoir été multiplié par 3, il en est à 10, 5 milliards d’euros il est plus que temps d’arrêter les frais. N’ajoutons pas la catastrophe à la gabegie !

 

Localement, l’actualité est aussi très inquiétante, car cet été l’Asn a également autorisé la remise en service de la tranche 5 de Bugey, qui était à l’arrêt depuis quasiment deux ans pour de gros problèmes d’étanchéité au niveau de son enceinte de confinement. Cette même ASN permet donc la reprise d’activité d’un réacteur qui aurait très bien pu -et qui aurait même dû- rester à l’arrêt, car son « non-fonctionnement » n’a en rien impacté la consommation des habitants de la région Rhône-Alpes. Bien au contraire.

 

La plupart des personnes n’étaient même pas « au courant » de son arrêt provisoire. Alors pourquoi remettre en service une tranche qui aurait pu être arrêtée, pour la sécurité de tous ?

 

Aussi, nous demandons l’arrêt définitif de cette tranche 5, au même titre que nous réclamons l’arrêt de la tranche 3 impactée par de graves malfaçons au niveau d’une centaine de composants (93 pièces précisément selon l’ASN) et de la tranche dont les générateurs de vapeur sont concernés par des irrégularités au niveau de leur acier (trop fort taux de carbone les fragilisant en cas de choc thermique). Cette usine arrive vraiment en « fin de course » et constitue de fait un danger croissant pour toute la région.

 

L’installation va avoir 40 ans l’an prochain alors qu’elle a été conçue pour fonctionner durant 25 à 30 ans maximum. Depuis plusieurs mois, Edf n’a de cesse d’injecter des sommes colossales pour tenter de colmater, de réparer, et même de changer des pièces défectueuses, sachant que certains éléments essentiels ne peuvent être remplacées, comme la cuve. 

 

Nous réitérons nos doléances en répétant avec force qu’il est plus que temps d’arrêter cette centrale nucléaire du Bugey, au même titre que le chantier de l’EPR avant l’accident grave. Après il sera trop tard…Mais il est encore temps d’agir, c’est une question de courage et de responsabilité politiques. 

 

———————————————————————————————

Communiqué de presse des organisations suivantes :

Rhône-Alpes sans Nucléaire ; Sortir du Nucléaire 38 ; ACTINUKE ;  SDN Bugey

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/non-classe/3343/

Le 31 juillet 1977, V. MICHALLON est mort à CREYS MALVILLE

CommuniquéCommémorationVital40ans07_2017 g

 

L’Association Sortir du Nucléaire BUGEY, se souvient….

 

Il y a 40 ans, le 31 juillet 1977, Vital MICHALON, un professeur de physique de 31 ans perdait la vie au lieu-dit « Le Devin » à Faverges sur la commune de Creys-Malville dans l’Isère.

 

Vital était venu, comme 60 000 manifestants, exprimer son opposition au surgénérateur nucléaire « Superphénix » alors en construction.   Il a été tué par le souffle de l’une des nombreuses grenades offensives tirées par les 5000 gardes mobiles, CRS et gendarmes, mobilisés pour la circonstance.

 

Pour le pouvoir politique de l’époque, maître d’ouvrage du gigantesque programme nucléaire engagé en 1974, il s’agissait de « frapper fort ». Il fallait, quoi qu’il en coûte, faire taire une contestation grandissante. Ainsi, une quinzaine de jours avant le rassemblement, un vaste secteur autour du chantier avait été occupé par les forces de l’ordre engendrant un véritable état de siège pour les habitants de la zone.

 

Le jour de la manifestation, l’ordre avait été donné de ne rien céder aux manifestants. Ce qui avait fait dire au préfet de l’Isère, René JANNIN – ancien préfet de police à Alger durant la guerre d’Algérie- : « s’il le faut, je ferai ouvrir le feu sur les contestataires ». C’est ce qu’il fit et c’est ainsi que Vital Michalon, militant pacifique, fut tué.

En cet instant de mémoire, notre pensée va aussi à Michel GRANDJEAN, amputé d’une jambe, Manfred SCHULZ, amputé d’une main et à la centaine de blessés de ce 31 juillet 1977.

 

Après de multiples avaries et incidents, ce Superphénix qui aura fonctionné seulement    30 mois en 11 ans et qui a couté 12 Milliard d’Euros, sans compter le démantèlement, fut définitivement mis à l’arrêt par un décret du 30 décembre 1998.

Pour que cette expérience « très dangereuse », ce gâchis humain et financier, ne se renouvelle pas, nous appelons nos dirigeants actuels à prendre les décisions qui s’imposent :

– la fermeture immédiate des centrales vieillissantes et dangereuses comme celle de Bugey

– l’abandon du projet EPR à Flamanville dont la cuve du réacteur n’est pas conforme

– l’abandon du projet Astrid réacteur à neutrons du CEA petit frère de Superphénix

-l’arrêt de l’armement atomique

 

Rappelons que   les installations nucléaires civiles ou militaires ont un énorme potentiel destructeur pour notre planète, pour l’humanité.

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/le-31-juillet-1977-v-michallon-est-mort-a-creys-malville/

Fermons Fessenheim…et Bugey

COMMUNIQUE DE PRESSE DE SDN BUGEY DU 28 / 08 / 2016
Ce vendredi 26 août, nous avons eu l’occasion de lire, sur une banderole accrochée au grillage d’un parking de la centrale du Bugey : « NON A LA FERMETURE DE FESSENHEIM ».
Pour nous, c’est l’expression de personnes qui veulent à tout prix continuer dans l’exploitation des centrales en fin de vie que sont Bugey et Fessenheim, quels que soient les risques pour la population, bien au-delà de nos frontières et quel que soit le coût financier de l’énergie nucléaire qui s’alourdit de jour en jour. Pour préserver leur présent, notre futur est pris en otage.
Les incidents s’accumulent à Fessenheim et à Bugey.
A Fessenheim, après avoir imposé l’arrêt du réacteur n°2, l’ASN a décidé le 18 juillet dernier, de ne pas autoriser le redémarrage de cette tranche car, « le risque serait trop grand » au vu des très nombreuses irrégularités détectées, notamment au niveau du générateur de vapeur.
Localement, si l’on considère la centrale du Bugey, avec tous les « problèmes » et avaries qu’elle rencontre depuis plusieurs mois, on peut s’interroger sur ce « soutien » émanant de personnes travaillant dans une installation sans doute encore plus -sinon autant- « mal en point » que son homologue alsacienne.
Actuellement, la centrale de Bugey tourne vraiment au ralenti suite à des réparations sans fin. La tranche n°5 est à l’arrêt depuis maintenant un an (énorme chantier pour tenter de résoudre de graves problèmes d’étanchéité sur son enceinte de confinement), la n°3 voit son redémarrage reporté de jour en jour et la n°4 a été stoppée à partir du samedi 27 août pour maintenance. En cette fin août, il n’y a donc concrètement que la tranche n°2 qui fournit de l’électricité…Et ce cas de figure s’est reproduit plusieurs fois cette année. Une faible production qui démontre que l’on peut se passer de cette centrale….
Et ne parlons pas de l’argument éculé de pénurie possible d’électricité dans un marché où l’offre dépasse largement la demande, avec des prix à la baisse.
Régulièrement, la presse se fait l’écho de malfaçons de certaines pièces de ces réacteurs, de non-conformités, et dernièrement l’ASN nous informe sur des défaillances de ces centrales face aux risques sismiques. Or, la centrale de Fessenheim est construite sur une faille avec des risques d’inondation, tout comme celle de Bugey.
Nous sommes très inquiets, tout comme nos voisins allemands et suisses, car ces deux centrales vétustes sont dans un environnement à fort risque et sont implantées dans des régions très peuplées, où les conséquences de fuites radioactives seraient dramatiques pour la santé et les biens de millions d’habitants.
En conclusion, nous répétons avec force : « OUI à la fermeture immédiate de Fessenheim et de Bugey » pour le bien de tous.

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/communiques-de-presse/fermons-fessenheim-et-bugey/

Lire plus