«

»

Mai 16 2013

Imprimer ce Article

Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire

Sur les traces de l’uranium… Plus de 70 militants ont achevé ce samedi un mois de périple anti-nucléaire dans la vallée du Rhône. Ils viennent d’atteindre leur destination finale: la centrale du Bugey dans l’Ain.

Plusieurs dizaines de militants anti-nucléaires ont achevé aujourd’hui samedi dans l’Ain une marche d’un mois dans la vallée du Rhône, en suivant les étapes de traitement de l’uranium, pour sensibiliser la population aux dangers du nucléaire.

«On a terminé vers 12h30 à Blyes», au sud d’Ambérieu-en-Bugey, «après être passés vers09h00 devant la centrale du Bugey», a raconté Albert Monti, militant contre le nucléaire, venu de Picardie.
Les marcheurs, qui étaient «70 voire plus» pour cette dernière journée, selon M. Monti, ont joué «deux-trois saynètes» pour illustrer notamment les alternatives à l’énergie nucléaire. Après une fête en fin de journée, ils prévoient de se disperser dimanche.
Leur «Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire» est partie le 29 juin de Malvesi, près de Narbonne, où se situe la Comurex-Areva, une usine de raffinage et de conversion d’uranium.

Lors de leur  passage à Romans-sur-Isère, les militants ont rendu public le dépôt d’une plainte contre Areva

Il s’agissait de suivre «les étapes de traitement de l’uranium avant d’arriver dans les réacteurs», avait expliqué jeudi Jocelyn Peyret, un des organisateurs du périple, membre du réseau Sortir du nucléaire.
Les manifestants ont notamment effectué une halte devant une usine de combustible nucléaire à Romans-sur-Isère (Drôme) mi-juillet, durant laquelle ils ont rendu public le dépôt d’une plainte contre Areva pour «violation des règles de sûreté».
Areva avait signalé en septembre 2012 un événement survenu dans l’usine FBFC de Romans (fabrication de combustible), que l’Autorité de sûreté nucléaire avait classé au niveau 2 sur 7 «en raison du défaut de culture de sûreté» notamment.
Les participants à la marche sont accompagnés de quelques militants australiens, qui souhaitent alerter l’opinion sur les menaces pesant sur les Aborigènes, à cause de l’exploitation de mines d’uranium par Areva dans leur pays.
«L’Australie est le troisième exportateur au monde d’uranium, nous n’avons pas de centrale mais Areva explore 120 mines d’uranium sur les territoires aborigènes», a souligné Bilbo Taylor, militant australien.

Source : http://www.ledauphine.com/ain/2013/07/27/une-foule-d-anti-nucleaire-dans-l-ain-a-la-centrale-du-bugey


Reportage photos SDN BUGEY

Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaireMarche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire


Le Réseau « Sortir du nucléaire dénonce de nombreux problèmes de sûreté et exige la fermeture de la centrale

La Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire arrive samedi à 9 h devant la centrale du Bugey (Ain), où une action symbolique est prévue, organisée par les marcheurs avec le soutien de Sortir du nucléaire Bugey.

Il s’agira de l’étape finale d’un long périple commencé le 1er juillet à proximité de Narbonne, au cours duquel des militants d’une dizaine de pays auront eu l’occasion de sensibiliser la population aux risques de l’industrie nucléaire, des mines d’uranium aux déchets. Chaque arrêt devant une installation nucléaire aura été l’occasion de dévoiler des scandales sur son fonctionnement et de rendre publique une plainte destinée à faire condamner les exploitants pour les infractions commises (voir la liste ci-dessous).

Bugey : une centrale vieillissante qui cumule les incidents et infractions

Cette arrivée à la centrale du Bugey constitue l’occasion d’évoquer les nombreux événements problématiques qui s’y sont produit ces derniers temps : déversement de gravats radioactifs dans une carrière, importante fuite de tritium dans la nappe phréatique, défaillance d’un capteur de pression d’un groupe électrogène, incendie sur un alternateur… Révélateurs d’une sûreté dégradée, plusieurs de ces problèmes graves ont fait l’objet de dépôts de plainte par le Réseau “Sortir du nucléaire“, qui souhaite que ces dysfonctionnements soient fermement sanctionnés et que la gravité des défaillances soit reconnue.

Celles-ci sont en partie liés au vieillissement de la centrale, qui appartient à la même génération que Fessenheim et a largement dépassé les 30 ans d’exploitation. Au regard de cet état de vieillissement, la prolongation de l’activité de la centrale est une folie et il faut craindre que ces incidents ne finissent par dégénérer en problèmes beaucoup plus graves.

Un accident sur cette centrale aux portes de l’agglomération lyonnaise, située près du champ captant qui alimente la ville, aurait des conséquences catastrophiques. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et Sortir du nucléaire Bugey rappellent la nécessité d’arrêter immédiatement cette centrale vieillissante, ainsi que d’abandonner le projet de dépotoir radioactif ICEDA, qui doit être construit sur le site.

Pour faire le point sur la marche et rappeler les risques de la centrale nucléaire du Bugey, rendez-vous samedi 27 juillet à 9 h devant la centrale, devant laquelle une action symbolique aura lieu.

Pour en savoir plus sur la marche :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Marche-sur-la-route-de-l-uranium-c

Pour en savoir plus sur les recours déposés tout au long de la marche :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Incidents-et-scandales


La chaîne de l’uranium

L’uranium est la pierre angulaire du système nucléaire. Des mines étrangères d’extraction du minerai à l’enfouissement ou stockage des déchets radioactifs, il va connaître « plusieurs vies ». Il sera manipulé et transformé à de nombreuses reprises pour devenir le combustible nucléaire utilisé dans les centrales puis un déchet, que les générations futures devront tenter de gérer.

Présentée comme un « cycle vertueux » par le lobby de l’atome, l’industrie de l’uranium cache en réalité une chaîne du combustible sale, polluante et non-maîtrisée de la mine jusqu’aux déchets. Extraction, transformation, enrichissement, combustion, retraitement, utilisation militaire… chaque étape engendre des pollutions radioactives, génère tous les jours des transports dangereux, expose les populations à des risques majeurs et produit des déchets qui resteront radioactifs et nocifs pendant des milliers d’années.

Découvrez vite les différentes installations de l’industrie nucléaire et la route secrète de l’uranium, la route de tous les dangers !

 

Plus d’information sur le site de la campagne Sortir Du Nucléaire

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.stop-bugey.org/archives/marche-internationale-pour-la-paix-et-la-sortie-du-nucleaire/